English  ✓

Français

Education, child labour and poverty in Cameroon

Eric Djialeu, Institut National de la Statistique du Cameroun
Jean Roger Tagne Fotso, Ministère de l'Economie, de la Planification et de l'Aménagement du Territoire
Severin Tchomthe, Institut National de la Statistique du Cameroun

L’investissement dans le capital humain est une alternative au travail des enfants et l’analyse du travail ne peut être faite sans tenir compte de la scolarisation des enfants. Ces choix de travail et/ou de scolarisation sont généralement effectués par les parents. Il apparaît dès lors que le travail économique, le travail domestique et la scolarisation des enfants sont des choix interdépendants pour lesquels on peut conjointement estimer la probabilité de travailler et/ou d’être instruit. Ce qui justifie l’utilisation du modèle probit trivarié. Grâce aux données de la troisième enquête camerounaise auprès des ménages réalisée en 2007, le modèle estimé confirme l’opposition entre le travail économique (respectivement), le travail domestique) et la scolarisation des enfants de 5-17 ans. Par ailleurs, le risque pour un enfant de travailler diminue avec le niveau d’instruction du chef du ménage. L’âge et le sexe agissent sur les décisions de scolarisation tandis que l’impact du niveau de vie reste non significatif.

  See extended abstract

Presented in Poster Session 4